Congrès du travail du Canada (CTC) et FTQ : Un fonds syndical de lutte contre le VIH/SIDA

Ottawa, le 1er décembre 2003 – Le Congrès du travail du Canada, la grande centrale canadienne à laquelle la FTQ est associée, annonce qu’elle a mis sur pied un fonds syndical pour soutenir la lutte contre la propagation du VIH/SIDA dans les pays en développement et contre les répercussions dévastatrices de cette pandémie. Ce fonds fait partie de la campagne mondiale que lancent les syndicats en ce 1er décembre, Journée mondiale de lutte contre le SIDA.

« Le fonds vise à appuyer le travail des syndicats sur le terrain dans les pays en développement pour s’attaquer aux répercussions du VIH/SIDA sur les travailleurs, les travailleuses et leurs familles, ainsi que sur le milieu de travail et l’économie », déclare le président du CTC, M. Ken Georgetti.

« Le SIDA est un enjeu syndical non seulement parce qu’il nuit aux droits des travailleurs et travailleuses et à leur productivité, mais aussi parce que le milieu de travail procure de nombreuses possibilités d’éducation entre pairs et favorise la pression positive du groupe qui fait changer les mentalités. L’information et les connaissances acquises au travail seront partagées ailleurs, ce qui fait de l’éducation syndicale l’un des meilleurs outils pour combattre la progression et les répercussions de la pandémie », ajoute M. Georgetti.

« Bien sûr, le fonds correspond aux engagements du Congrès du travail du Canada en matière de développement, d’égalité et d’élimination de la pauvreté. Il témoigne aussi des compétences que nous avons acquises grâce aux nombreux projets sur le VIH/SIDA appuyés par notre Programme syndical de développement international. Ces projets comprennent une étude sur le travail et le SIDA en Asie, la formation d’éducatrices et d’éducateurs syndicaux en Tanzanie, la traduction de matériel pour le Mozambique, un programme d’échange entre les militants du Zimbabwe et du Canada, pour ne nommer que ceux-là », indique M. Georgetti.

Déclaration du président de la FTQ, Henri Massé

« L’aide à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS) est l’un des exemples de ce que le fonds peut permettre d’accomplir, souligne Henri Massé, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), en parlant de la coopération internationale entre les syndiqués des deux pays. Aider la CNTS à atteindre ses objectifs dans la lutte contre le VIH/SIDA permet de resserrer les liens de longue date entre nos mouvements syndicaux. Des centaines de milliers de travailleuses et travailleurs africains sont touchés dans leurs conditions de travail parce qu’ils sont séropositifs : les congédiements injustes, les tests illégaux de dépistage avant l’emploi, la perte d’avantages médicaux, le harcèlement, l’absence de confidentialité et le refus d’accès à la promotion et à la formation ne sont que certains des abus qu’ils subissent. »

Pour leur part, la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) et les fédérations syndicales internationales lancent une campagne d’information pour soutenir les syndicats dans le travail déjà en cours pour prévenir la propagation du VIH/SIDA et aider les millions de travailleurs et travailleuses atteints de cette maladie.

On peut obtenir des renseignements sur le Fonds syndical canadien de lutte contre le VIH/SIDA – et sur la façon d’y contribuer – auprès du CTC et en ligne au www.clc-ctc.ca » target= »_blank »>www.clc-ctc.ca

Le CTC représente 2,5 millions de travailleuses et travailleurs au Canada. La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.