Colloque sur le vieillissement de la main-d'œuvre - La FTQ et ses syndicats adoptent un plan d'action

La FTQ et ses syndicats ont adopté un plan d’action concernant le vieillissement de la main-d’œuvre lors du colloque qui a attiré 250 personnes Trois-Rivières, les 22 et 23 janvier. Les discussions se sont déroulées autour de quatre grands axes : l’organisation du travail, la formation continue, la retraite et le développement socioéconomique

C’est d’abord sur le terrain de l’organisation du travail et de la qualité de vie au travail qu’il faudra agir en développant diverses mesures :

  • de santé et de sécurité du travail adéquates, tant pour la santé mentale que pour la santé physique;
  • de réduction généralisée du temps de travail, en s’assurant de ne pas participer à une plus grande précarisation des emplois;
  • de conciliation du travail et des activités familiales et personnelles, tant pour les jeunes familles que pour les salariés plus âgés qui doivent soutenir un conjoint, des parents âgés ou leurs propres enfants et petits-enfants.

  • «Les syndicats sont bien placés pour proposer des solutions visant à assurer le maintien en emploi des travailleuses et travailleurs vieillissants qui le souhaitent et pour permettre aux plus jeunes de vieillir dans de bonnes conditions», a déclaré Henri Massé, président de la FTQ, à la sortie du colloque.

    Une formation tout au long de la vie
    De son côté, le secrétaire général a insisté sur l’importance d’instaurer une véritable culture de la formation continue dans nos milieux de travail. «En raison des changements rapides qui se produisent, les salariés doivent s’adapter continuellement à un nouvel environnement de travail, voire même changer plusieurs fois d’emploi au cours de leur vie active. La formation continue est donc devenue une nécessité absolue», a dit René Roy.
    La FTQ propose aux syndicats de négocier la mise en place d’un comité paritaire syndical-patronal de formation chargé de la mise en œuvre d’une stratégie à cet effet. On pourrait aussi créer un comité semblable pour mieux gérer les pénuries potentielles de main-d’œuvre.
    Pour éviter le chômage chez les plus âgés, la FTQ propose également des programmes adéquats de reconnaissance des acquis et de développement de nouvelles compétences pour l’intégration de ceux et celles qui perdent leur emploi.

    Une retraite décente
    Pour aider ses membres à préparer une retraite décente et répondre aux attentes pour une retraite hâtive ou progressive, les priorités de négociation sont :

  • bâtir des régimes de retraite à prestations déterminées plutôt qu’à cotisation déterminées;
  • définir les conditions d’une prise de retraite plus précoce ou progressive;
  • offrir des cours de préparation à la retraite;
  • nous impliquer activement dans la gestion des caisses de retraite;
  • réclamer des améliorations aux régimes publics de retraite.

  • Toutes ces idées font déjà leur chemin dans nos rangs et, dans plusieurs cas, des étapes ont été franchies. Mais avec un plan d’action en main, il faut s’attendre à des mouvements concertés un peu partout dans les syndicats au cours des prochaines années.