Chapeau, les filles! édition 2002-2003 : Bravo aux lauréates!

Le 7 avril 2003 – La FTQ tient à féliciter toutes les lauréates régionales de Chapeau, les filles! et les encourage à poursuivre leur travail de pionnières avec toute la détermination dont elles ont su faire preuve à ce jour. Dans le but de stimuler la participation régionale, la contribution de la FTQ au concours Chapeau, les filles! comprend une commandite de 5 000 $ qui contribuera à faire connaître le concours et à encourager la participation des jeunes filles et des femmes dans toutes les régions du Québec. Rappelons que les prix régionaux sont attribués selon des critères et des réalités propres à chacune des régions.

Également pour souligner sa 5e année de participation à titre de partenaire et de commanditaire du concours Chapeau, les filles!, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a décidé d’augmenter la mise en soutien aux jeunes filles et aux femmes dans des emplois traditionnellement masculins. La FTQ offrira donc cette année trois prix Équité bonifiés (volets « formation professionnelle », « formation technique » et « universitaire »), faisant passer sa contribution de 1 000 $ à 6 000 $ pour Chapeau, les filles!

Se réorienter vers des emplois d’avenir

« Les prix Équité se veulent une contribution à l’éradication des emplois à statut précaire en encourageant les travailleuses dans de tels emplois qui ont décidé de se réorienter vers des emplois d’avenir », a précisé René Roy, le secrétaire général de la centrale.

Rappelons que le travail précaire se traduit par des emplois à temps partiel, sur appel, à contrat, temporaires, à la pièce ou à la pige. « Ces prix représentent également une autre façon pour la FTQ de favoriser l’équité en matière d’emploi et d’aider mieux et davantage les femmes à percer dans les châteaux forts masculins », a ajouté M. Roy.

Ajout d’un nouveau prix Équité

Pour la première année, la FTQ ajoutera donc un prix Équité de 2 000 $ dans le cadre de Excelle Science, volet scientifique du concours Chapeau, les filles. « La participation accrue de la FTQ vient confirmer le caractère prioritaire du dossier de l’accès, l’intégration et le maintien des travailleuses dans des emplois non traditionnels », a souligné pour sa part Johanne Vaillancourt, vice-présidente de la FTQ.

Le tiers des membres de la FTQ sont des femmes

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus d’un demi-million de membres, dont plus du tiers sont des femmes, ce qui en fait la centrale qui représente le plus grand nombre de femmes syndiquées au Québec. Celles-ci se retrouvent dans tous les milieux de travail, dans les secteurs public, parapublic et privé.

Elles travaillent dans la restauration, l’hôtellerie, le commerce de détail, la santé, les communications, l’entretien ménager, les bureaux, les caisses populaires, le textile et le vêtement.

Beaucoup travaillent à temps partiel ou sur appel, parfois au salaire minimum ou tout près. Toutefois, un nombre grandissant d’entre elles occupent des emplois traditionnellement masculins dans les usines, l’aérospatiale, la construction, la métallurgie, les municipalités (cols bleus) ou le transport.