« Ce budget sent la pensée magique à plein nez » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

Un budget d’un gouvernement de droite qui ignore les besoins des travailleurs et des travailleuses

Montréal, le 4 mars 2010 – « L’obsession de la réduction du déficit d’ici 2014 avec des lunettes roses prévoyant une croissance économique ininterrompue en cinq ans et avec baisse des impôts relève davantage de la pensée magique que d’une analyse rigoureuse de la situation économique. De plus, ce budget ne répond à aucune de nos revendications sur l’accessibilité à l’assurance-chômage et la stabilité du régime aujourd’hui déficitaire », estime le secrétaire général de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), René Roy.

« Recyclage d’anciennes mesures ou annonces cosmétiques, silence sur l’harmonisation de la taxe de vente avec le fédéral (2,2 milliards de dollars en jeu) et entêtement pour une Commission des valeurs mobilières canadienne, le tout assorti d’une absence scandaleuse de mesures structurantes (comme des garanties de prêt) pour les secteurs de la forêt et manufacturier au Québec, ce budget sent la provocation à plein nez », ajoute René Roy.

« Pour la forêt, un des secteurs les plus durement touchés par la crise, nous considérons carrément inacceptables les miettes de 170 millions de dollars pour le Québec, sommes enfouies dans un plan global qui touche au secteur agricole, au tourisme, au secteur naval, à la culture et aux PME. De qui veut-on rire au juste? », s’interroge M. Roy en conclusion.

La FTQ est la plus grande organisation syndicale au Québec avec plus de un demi-million de membres.