Camp Papillon - Une mission des chauffeurs d'autobus de la STM

L'équipe au coeur sur la main : Daniel Fiset, représentant syndical et coordonnateur du projet; Alain Ouimet, en charge de la construction de la bibliothèque; Daniel St-Pierre, coordonnateur.

L'équipe au coeur sur la main : Daniel Fiset, représentant syndical et coordonnateur du projet; Alain Ouimet, en charge de la construction de la bibliothèque; Daniel St-Pierre, coordonnateur.

Déjà plus de dix ans qu’un groupe de chauffeurs d’autobus de la Société de transport de Montréal (STM) s’implique auprès des enfants handicapés du Camp Papillon. Pour fêter ce dixième anniversaire, ils ont construit une bibliothèque, rien de moins!

Ces membres de la section locale 1983 du Syndicat canadien de la fonction publique travaillent au centre de transport Legendre, dans le nord de Montréal. Leur implication a commencé en 1991 par une corvée à la colonie de vacances gérée par la Société pour les enfants handicapés du Québec, à Saint-Alphonse-de-Rodriguez, dans Lanaudière. Fondé en 1938, le Camp Papillon accueille chaque été près de mille personnes handicapées pour des séjours de deux semaines.

Le comité social, l’Association des amis de Legendre, est à l’origine de l’implication des chauffeurs. Au début, un comité de bienfaisance recueillait de l’argent pour le redistribuer en paniers de Noël. L’occasion se présente de faire une journée de corvée au Camp Papillon. Les dirigeants du comité social et quelques bénévoles, enchantés par l’expérience, impliquent graduellement plus de chauffeurs et la STM par l’emprunt de véhicules et d’équipements divers pour les grands travaux de nettoyage des bâtiments, des chemins et des boisés, à chaque printemps. Ces salariés rejoignent ainsi d’autres bénévoles d’Hydro-Québec, de Bell, de la Sûreté du Québec, de l’École de police de Nicolet, de Réno-Dépôt, ainsi que des scouts; en tout, cinq cent personnes qui se dévouent année après année durant une journée intense de travail.
Le projet de bibliothèque a germé dans la tête d’un petit groupe d’irréductibles : Daniel Fiset, représentant syndical et coordonnateur du projet avec Daniel St-Pierre; Alain Ouimet, un autre chauffeur, en charge de la construction; et Sonia Duquet, responsable de la campagne de financement et de la publicité.

Une année de préparation

L’aventure a réclamé une année de travail intense avec des activités de financement et la sollicitation de commanditaires ainsi qu’une collecte de 7 000 livres. Pour réaliser la construction, 32 commanditaires ont contribué 10 000 $ en argent (dont 2 500 $ du Fonds de solidarité FTQ) et 75 000 $ en matériaux de construction.
« Nous étions toute une équipe de chauffeurs organisée par Alain pour la construction, avec des tâches spécifiques. Tout le monde a pris des vacances pour ça», raconte Daniel Fiset. Et Daniel St-Pierre enchaîne : « Le chantier a duré dix jours, à l’été 2001. Tous les bénévoles étaient couverts par la CSST et tout s’est bien passé.»

« Cela a été une belle aventure, même si nous avons eu des périodes de découragement où on ne se parlait même pas. Mais nous avons réussi et ce n’est pas fini, disent à l’unisson Alain Ouimet et Daniel St-Pierre. Nous sommes en train de monter une salle multimédias…»

Ces bénévoles au cœur d’or en ont-ils encore pour une dizaine d’années? Avec tout ce qu’ils ont déjà accompli, ils méritent toute notre admiration.


Note: Sonia Duquet, responsable de la publicité et de la campagne de financement, n’apparaît pas sur la photo.