Budget fédéral « Des poches des travailleurs et travailleuses à celles des riches »

Photo : Clément Allard

Photo : Clément Allard

Montréal, 21 avril 2015. –  La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) n’est pas surprise de constater que le gouvernement conservateur continue de piger dans les poches des travailleurs et des travailleuses pour financer des mesures fiscales favorables aux mieux nantis de notre société. « Lorsque le gouvernement fédéral annonce un budget équilibré, il devrait dire que cela se fait au détriment d’un programme d’assurance-emploi accessible et de transferts provinciaux adéquats en santé et en services sociaux », réagit Serge Cadieux, secrétaire général de la FTQ.

Les mieux nantis plutôt que l’emploi ou la solidarité sociale
« Ce budget électoraliste aurait pu aider la population à être plus optimiste quant à son avenir en annonçant la création d’emplois de qualité et des investissements dans la santé, les services de garde, la sécurité des retraites et l’amélioration du régime d’assurance-emploi saccagé par les conservateurs, explique Serge Cadieux. Mais au lieu de cela, le gouvernement détourne 1,8 milliard de la caisse d’assurance-emploi pour créer de toutes pièces des surplus et propose des mesures fiscales telles que l’augmentation du plafond des CELI qui ne vont favoriser que les plus riches épargnants.»

Rappelons que la FTQ revendique depuis longtemps déjà une bonification des régimes publics de retraite (RRQ-RPC) et une amélioration du Supplément de revenu garanti (SRG). « Si le gouvernement voulait vraiment que tous et toutes aient droit à une retraite décente, il améliorerait nos régimes publics. Les conservateurs favorisent une fois de plus les solutions individuelles plutôt que les solutions collectives et la solidarité sociale », affirme Serge Cadieux.

Des décisions néfastes pour le Québec
La FTQ déplore, de plus, que le genre d’allégement fiscal tel que l’augmentation du plafond des CELI et le fractionnement des revenus entre conjoints risque de nuire aux finances du Québec. Un budget après l’autre, la FTQ constate que les décisions prises à Ottawa accentuent le déséquilibre fiscal en défaveur du Québec.

« On salue l’investissement à venir dans un fonds pour les transports collectifs, mais celui-ci reste insuffisant et privilégiera de plus les modèles en PPP, dont les lacunes ont été maintes fois prouvées. Il s’agit de décisions trop frileuses pour la lutte contre les changements climatiques. Et n’oublions pas pour autant que nous avons là un gouvernement qui va investir plusieurs dizaines de millions de dollars en relations publiques de l’Office national de l’Énergie pour financer une campagne pour convaincre la population d’accepter le passage de pipelines de pétroles plutôt que d’investir pour lutter contre le réchauffement climatique et s’assurer que la transition verte soit équitable pour les travailleurs et les travailleuses», critique le secrétaire général de la FTQ.

Ce budget ne fait rien pour renverser de très mauvaises décisions récentes telles que l’abolition de 8000 emplois de postiers et postières ou la réduction du transfert fédéral pour le financement de la santé qui accroît le déficit budgétaire québécois. La FTQ déplore également l’attitude du gouvernement qui s’attaque encore une fois aux conditions de travail de ses employés en sabrant dans les conditions de travail des fonctionnaires fédéraux alors que le processus de négociation est en cours.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.