Bombardier se retire unilatéralement de la conciliation

Montréal, vendredi 26 avril 2002 – Alors que la partie syndicale en était encore à l’explication de ses demandes en présence du conciliateur Pierre Gervais, les représentants de Bombardier aéronautique se sont retirés unilatéralement du processus.

« Ça nous indique clairement les contradictions entre le discours public de l’entreprise qui disait, encore hier par la voix de son porte-parole, qu’elle attendait la partie syndicale à la table de négociation, et son intention de gagner du temps et d’étirer le conflit dans l’espoir que nos membres s’essoufflent », a indiqué Michel Lauzon, président de la section locale 712 de l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA-FTQ) à sa sortie de la séance de conciliation.

« Avec la campagne de désinformation et les énormités proférées hier par le porte-parole de Bombardier sur le salaire moyen des employés, sur les centaines d’appels d’employés désireux de retourner au travail, sur les offres qui auraient été mal présentées à la dernière assemblée générale, on ne s’attendait à rien de très positif ce matin », a reconnu M. Lauzon.

La partie syndicale, quant à elle, garde les canaux de communication avec le conciliateur ouverts et en appelle toujours à une négociation de bonne foi et non pas, comme Bombardier semble vouloir le faire, à une stratégie de confrontation et de provocation par médias interposés.

Le comité de négociation et l’exécutif syndical se réuniront dans les prochaines heures pour faire le point sur la suite des événements.