Attentat contre le journaliste Michel Auger : Au nom de la démocratie, la FTQ demande à Québec et Ottawa de mieux réprimer les actes criminels

Montréal, 15 septembre 2000 - La FTQ, qui représente plus d’un millier de journalistes et d’autres salariés des médias, déplore vivement qu’un journaliste ait été la cible du crime organisé et demande à Québec et Ottawa de mettre en place, de toute urgence, des mesures afin de mieux réprimer les actes de violence de plus en plus fréquents des groupes criminels, a déclaré ce matin M. Henri Massé, président de la centrale

M. Massé a invité les membres de la centrale, particulièrement ceux des médias d’information, à participer aujourd’hui aux diverses manifestations de solidarité prévues à Montréal, Québec, Ottawa, Trois-Rivières et ailleurs au Québec.

M. Massé souligne que des attentats criminels ont également visé d’autres catégories de travailleurs, comme les agents correctionnels des pénitenciers fédéraux qui sont membres de l’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC), un syndicat affilié à la FTQ.

À l’instar du Conseil de presse du Québec et des syndicats et associations professionnelles de journalistes, M. Massé déclare : « L’attentat contre le journaliste Michel Auger ne vise pas seulement à entraver le travail des journalistes, mais également le droit fondamental de la population à être bien informée, faute de quoi il ne peut pas y avoir de démocratie. Le problème concerne l’ensemble de la société et les pouvoirs publics doivent agir rapidement afin que toutes ces protestations ne soient pas qu’un feu de paille. »

La FTQ représente notamment les journalistes et les autres salariés de l’information des quotidiens Le Journal de Québec et La Tribune de Sherbrooke, de Télé-Métropole, de CKAC RadioMédia et de plusieurs autres postes de radio et de télévision, par l’entremise de ses syndicats affiliés, le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et le Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP).

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente près d’un demi-million de membres.