ANALYSE
La gouverne libérale : Où nous mène-t-elle ?

Des ballons d’essai ?
Depuis son élection, le 14 avril dernier, le gouvernement Charest a annoncé une série de politiques, sans en préciser autrement le contenu que par le lancement d’une série de ballons d’essai afin sans aucun doute de prendre la température de l’eau et tenter de mesurer le degré de résistance de l’opinion publique et des leaders d’opinion face à ses politiques. On n’a qu’à penser :

  • au patinage de Pierre Reid sur le financement des commissions scolaires et le dégel éventuel des frais de scolarité en 2004-2005 (contrairement aux promesses libérales);

  • aux allusions on ne peut plus maladroites de la présidente du Conseil du trésor sur la qualité de l’eau à Montréal;
  • aux scénarios évoqués par la ministre Carole Théberge sur le financement des garderies et sur le parachèvement des objectifs en terme de nombre de places, en grande partie toutefois par des garderies commerciales;
  • aux multiples coulages de scénarios sur la fameuse réingénierie de l’État;
  • aux nombreuses sorties de Jean Charest ou de ses alliés (Conseil du patronat, instituts de recherche de droite, etc.) sur la nécessité d’écarter certaines contraintes comme l’article 45 du Code du travail1, tant dans le secteur privé que dans les administrations publiques, y inclus les secteurs public et parapublic;
  • à la réintroduction éventuelle de pénalités à l’aide sociale pour les personnes jugées aptes au travail qui ne participeraient pas à un programme de réinsertion en emploi;
  • au recours au privé pour toutes les activités autres que la dispensation directe des soins aux bénéficiaires dans le secteur de la santé (projet pilote en Montérégie démarré à la vapeur au début octobre);
  • à la fusion des établissements de santé (CLSC-CHSLD, sur une base territoriale) et à l’abolition des régies régionales (repoussée par ailleurs d’une année);
  • à la valse-hésitation et aux réflexions à voix haute du ministre Fournier sur les règles de défusions municipales;
  • aux ouvertures de Jean Charest sur la mobilité interprovinciale de la main-d’œuvre dans la construction et sur l’allègement de la réglementation;
  • Etc.
  • Au centre de ces «annonces» se trouvent, de l’aveu même des ministres et du Premier ministre, le recours à la sous-traitance tous azimuts et les partenariats public-privé (PPP).

    À lire

    Un objectif rassembleur Éléments de conclusion

    ________________________
    1 L’article 45 encadre la sous-traitance et prévoit qu’en cas de concession totale ou partielle des activités d’une entreprise à une autre, les conditions de travail prévues aux conventions collectives s’appliqueront aux salariés de l’entreprise sous-traitante. Et ce, pour une période d’au plus un an dans le secteur privé ou à l’échéance de la convention collective dans le secteur public.