Allocution de Jean Martin au 26ième congrès FTQ

Jean Martin, premier vice-président à la direction générale du Fonds de solidarité FTQ et président-directeur général de la Fondation de la formation économique

Jean Martin, premier vice-président à la direction générale du Fonds de solidarité FTQ et président-directeur général de la Fondation de la formation économique

Tout d’abord mes remerciements sincères au président et au secrétaire-général ainsi qu’aux membres du Bureau de direction de la FTQ de me permettre de m’adresser cet après-midi à notre Congrès. J’ai assisté à tous les congrès de la FTQ depuis près de 30 ans et ce, à plusieurs titres, selon les années. J’ai été tour à tour : observateur, délégué, membre du Conseil général, invité. J’ai même eu le privilège de présider le comité de résolution au cours des années 80. Mais aujourd’hui, c’est une première de prendre la parole à ce podium et c’est un très grand plaisir et aussi un honneur. Je vous parlerai cet après-midi de votre Fonds de solidarité FTQ, de certaines de ses activités et stratégies comme action syndicale en lien avec le thème de ce 26ième congrès de notre centrale syndicale.

D’entrée de jeu, permettez-moi de vous transmettre les salutations fraternelles de notre nouveau président-directeur général, le confrère Pierre Genest. Pierre m’a prié d’excuser son absence cet après-midi à cause d’engagements pris antérieurement à l’extérieur de Québec. Il entrera en fonction comme président-directeur général du Fonds le 3 janvier prochain et en votre nom et celui de tout le personnel du Fonds FTQ, nous lui offrons tout notre support et la meilleure des chances. Pierre m’a demandé de vous souligner que c’est avec humilité qu’il a accepté ce nouveau défi, fort conscient que nous écrirons ensemble le 3e chapitre de l’histoire du Fonds.

Quel développement exceptionnel de votre Fonds FTQ depuis sa création et ce, grâce à vous toutes et tous : militants et militantes, officiers et officières, directions syndicales, conseils régionaux et aussi bien sûr les RL que nous saluons haut et fort. Vous toutes et tous ici cet après-midi, votre action syndicale a permis que :

  • Près de 100 000 hommes et femmes de gagner et-ou regagner leur dignité de travailleuses et travailleurs grâce au fait que le Fonds a investi directement et indirectement dans plus de 1800 entreprises québécoises;

    Plus de 60 % des 500 000 adhérents au Fonds sont syndiqués dont la majorité sont des membres de nos syndicats FTQ grâce à votre action syndicale :

  • 2600 clauses de conventions collectives, partout au Québec, permettant la retenue sur le salaire pour nos membres;
  • qui plus est 53 % de ces conventions collectives prévoient une contribution financière des employeurs pour et au nom des travailleurs et travailleuses.

    « Vers un syndicalisme sans frontières » voilà un thème avec lequel le Fonds FTQ accentuera ses réflexions et ses démarches au cours des prochains mois et des prochaines années. Vous savez peut-être que dans le cadre de la formation, qui est maintenant offerte aux conseillers et conseillères de nos syndicats FTQ par le Collège FTQ-Fonds, une semaine complète de cours sur 8 est consacrée à la mondialisation et à ses effets, à l’aide de ressources expertes dans le domaine, qui sont en mesure de venir expliquer les différentes dimensions de la mondialisation.

    Dans un autre ordre d’idée, votre Fonds FTQ exerce ses activités conformément à son code d’éthique, dans le respect des institutions, des lois et règlements locaux, des normes nationales, des normes internationales reflétées dans le code de conduite. Le Fonds est soucieux d’établir des partenariats dans un climat d’honnêteté, d’intégrité et de transparence et de s’assurer du maintien et de la promotion des valeurs qu’il véhicule.Le Fonds est tout aussi soucieux du respect des droits fondamentaux des personnes, des travailleuses et des travailleurs. De plus, le Fonds effectue des investissements dans le respect de l’environnement et en favorisant la protection et la mise en valeur des ressources naturelles.

    Dans l’atteinte de ses objectifs, le Fonds respecte les principes qui sont inspirés d’ententes internationales et de codes de conduite respectés dans le monde. À l’égard de ses entreprises partenaires, le Fonds effectue, préalablement à chaque investissement, un bilan social des activités de l’entreprise à travers le Canada. Le Fonds exigera auprès des entreprises visées l’adoption d’un code d’éthique et d’un code de conduite à l’international. Ces entreprises devront également se doter de moyens de suivi, comme la vérification par l’implication syndicale et les ONG par exemple, pour s’assurer du respect des principes énoncés dans son code de conduite.

    Aussi, nous sommes à finaliser un document pour nous guider en matière de droit de vote dans les entreprises ou le Fonds détient des actions cotées à la Bourse pour qu’entre autres, nos valeurs syndicales soient respectées.

    Un mot sur la gestion des caisses de retraite. Je ne reprendrai pas la déclaration de politique sur la participation et l’orientation syndicale en cette matière que vous venez d’adopter ainsi que toutes vos interventions pertinentes sur le sujet, mais soyez assuré que le Fonds FTQ par le biais de notre Fondation de la formation économique, collaborera avec la FTQ et son service d’éducation de façon très importante et colossale aux programmes de formation. Encore une fois, bel exemple de ce que nous pourrons faire ensemble la FTQ et son Fonds de notre action syndicale.

    Aussi, il me faut vous rappeler ce que fait le Fonds FTQ avec son réseau de Fonds locaux, les 86 SOLIDE à travers le Québec, ainsi que nos Fonds régionaux. Là aussi l’action syndicale des militants et militantes a été présentée. Il n’y a pas que les grandes annonces qui sont bonnes pour les travailleurs et travailleuses. Il y a aussi les bons emplois de proximité, dans de très petites entreprises et la mondialisation a tendance à ne pas se préoccuper du monde et des petits projets significatifs mais à rendement modeste. Là aussi le Fonds a un rôle à jouer. Que dire de l’implication que devra avoir le Fonds pour les projets de transformation de nos produits de 2e et 3e génération, tel l’aluminium, les mines et les forêts.

    En terminant, je voudrais dire quelques mots pour les jeunes.

    C’est avec beaucoup de plaisir que j’écoutais hier et encore ce matin, les différents témoignages et interventions des délégués sur ce sujet suite à la présentation de la déclaration de politique jeunesse FTQ. Là aussi, votre Fonds FTQ a contribué largement avec la FTQ à la création de 2 Fonds étudiant solidarité travail du Québec et ainsi avoir permis cette année à plus de 600 jeunes de niveau secondaire, collégial et universitaire d’occuper un emploi d’été à caractère social et éducatif dans nos organisations syndicales, dans les secteurs coopératifs et communautaires ainsi que dans de très petites entreprises. Grâce à ce projet, plus de 7000 hommes et femmes au Québec d’ici 10 ans auront côtoyé nos valeurs avant d’entrer sur le marché du travail.

    Finalement, et Monique Richard, la présidente de la CSQ en parlait hier matin, la FTQ et son Fonds ont vraiment plus que collaboré à cet ouvrage intitulé « La Vraie Vie », que je vous invite plus particulièrement à consulter. Je veux ici remercier et saluer les hommes et les femmes de ma génération de bâtir quelque chose pour la jeunesse d’aujourd’hui et celles à venir. Aux plus jeunes, merci pour votre implication, mordez dans vos convictions, développez votre action syndicale, battez-vous pour nos valeurs et surtout ne lâchez jamais.

    À vous toutes et tous merci de votre généreuse attention et bonne fin de congrès.