Allégations de Radio-Canada

FAUSSETÉS ET CALOMNIES

Montréal, le 9 décembre 2011 – Michel Arsenault, le président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), est outré d’entendre les reportages tendancieux diffusés par le réseau public de Radio-Canada qui laissent présumer que le crime organisé aurait pu infiltrer le Fonds de solidarité.

Repêchant des informations pourtant démenties et vieilles de plus d’un an, les reportages laissent l’impression de « scoops » alors que rien ne s’est ajouté à la « nouvelle », hormis le fait que la ministre du Travail ait eu entre les mains certains enregistrements téléphoniques déjà connus des journalistes.

Reprenant une entrevue de Ken Pereira vieille d’un an, le reportage de Radio-Canada laisse sous-entendre qu’elle a été réalisée tout récemment, sinon le jour même. C’est carrément malhonnête.

Les enregistrements dont il a été question ont été remis à la police il y a plusieurs mois et la Couronne a jugé qu’il n’y avait pas lieu de porter d’accusation.

De plus, les allégations selon lesquelles il y aurait eu proposition de pots-de-vin sont fausses et qui plus est, la demande d’investissement faite par l’entreprise Carboneutre auprès du Fonds de solidarité de la FTQ a été rejetée. La réponse négative du Fonds dans ce dossier fait d’ailleurs la démonstration de l’efficacité de l’équipe multidisciplinaire du Fonds et de son comité de vérification. Il faut s’en féliciter.

Hier, la FTQ s’est empressée d’en informer Radio-Canada, mais on n’a pas jugé bon de faire la rectification.

Les allégations selon lesquelles Michel Arsenault aurait incité certaines personnes à faire de fausses déclarations assermentées sont également fausses.

Les calomnies dont font l’objet la FTQ, le Fonds de solidarité et leurs dirigeants doivent être dénoncées pour ce qu’elles sont : une tentative honteuse de salir leur réputation et de les discréditer publiquement.

Tant à la FTQ qu’au Fonds de solidarité, les équipes juridiques sont à l’œuvre afin de faire cesser ces affirmations mensongères.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.