« À voir aller cette compagnie avec son monde, il n’y en a pas juste une qui se promène en bandit de grand chemin »

Lutte des travailleurs et travailleuses de Shell

Photo du congrès

Montréal, mardi 30 novembre 2010 – En marge du Congrès de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ), les délégués ont manifesté leur soutien aux syndiqués du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) de la multinationale Shell pour empêcher le démantèlement de la raffinerie dans l’est de Montréal.

« Cette fermeture aura des conséquences importantes non seulement pour les travailleurs et travailleuses mais également sur la sécurité énergétique du Québec et la circulation accrue d’hydrocarbures sur le fleuve. Il faut soutenir cette lutte qui concerne tous les Québécois», a soutenu Michel Arsenault.

« Nous ne devons pas laisser Shell faire indirectement ce que la loi lui interdit, en laissant ses installations de raffinage se dégrader à la faveur de la saison froide. Le gouvernement doit ramener cette compagnie à la raison et lui rappeler ses obligations», a conclu le président de la FTQ.

La FTQ est la plus grande centrale syndicale québécoise avec plus de un demi-million de membres.