À la veille de l’ouverture de la nouvelle salle de spectacle

Les musiciens et les musiciennes de l’OSM acceptent le projet d’entente collective

Montréal, le 6 septembre 2011 – Réunis en assemblée générale ce matin, les 92 musiciens et musiciennes de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM), affiliés à la Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (FTQ) ont voté majoritairement en faveur d’un projet d’entente collective, incluant les recommandations présentées par le médiateur nommé par le ministère du Travail.

Ces recommandations du médiateur Robert Dupuis portaient sur une entente d’une durée de 4 ans, soit jusqu’au 31 août 2014.

L’entente prévoit des améliorations salariales, ainsi que des gains importants sur la caisse de retraite, la réduction de la charge de travail. De plus, le nouveau contrat de travail introduit un projet multimédia qui permettra la diffusion et la mise en marché de concerts en direct, tant sur le web qu’à la télévision et au cinéma.

« Après plusieurs mois de négociations parfois difficiles, il s’agit d’une des rares ententes collectives, prévoyant des hausses salariales, qui est signée sans conflit de travail à l’OSM depuis 1988 », déclare le président du comité de négociation de l’Association des musiciens de l’OSM, Serge Desgagnés.

Concrètement, l’entente procure des augmentations salariales de 2,5 % à 3 % par année, auxquelles s’ajoute un cachet additionnel, relié au projet multimédia, équivalent à 2 % du salaire de base. Des gains appréciables ont aussi été réalisés au niveau de la contribution de l’employeur à la caisse de retraite.

En ce qui concerne la question de la charge de travail, l’entente prévoit de limiter la durée maximale de la journée et de la semaine de travail, ce qui était au cœur de cette négociation compte tenu des problèmes importants et croissants de santé et de sécurité du travail.

Pour le secrétaire général de la FTQ, Daniel Boyer, « on s’attarde bien souvent à la question salariale, mais il ne faudrait pas oublier que les musiciens et musiciennes de la Guilde sont appelés à accomplir des gestes parfois répétitifs et laborieux, qui ont une répercussion certaine sur leur condition physique. Les gains qui ont été accomplis à ce chapitre seront témoins de la qualité exceptionnelle et reconnue de l’OSM. »

« Dans le contexte de cette longue négociation, nous jugeons qu’il s’agit d’une entente acceptable qui, bien sûr, ne répond pas à l’ensemble de nos demandes pour la pleine reconnaissance du travail des musiciens et des musiciennes qui font la qualité exceptionnelle et la réputation internationale de l’OSM, mais qui constitue toutefois un pas important par rapport aux positions initiales de la partie patronale. L’appui indéfectible du public de l’OSM et le soutien de la FTQ ont certainement joué un rôle déterminant dans le dénouement de cette négociation », affirme le président de la Guilde, Luc Fortin.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de 600 000 membres.