« À la FTQ nous sommes fiers de ce projet et surtout d’avoir développé des liens plus étroits avec la francophonie syndicale internationale et la CGT » – René Roy, secrétaire général de la FTQ

La FTQ et la Confédération générale du travail (France) lancent un portail international dédié à la promotion du français dans le secteur de l’aérospatiale

Montréal, le 19 mars 2010 – C’est sur le thème « Plus précieux que jamais » que se déroule ce vendredi la rencontre annuelle des membres des comités de francisation de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Encore cette année, plus d’une centaine de militants et de militantes de toutes les régions du Québec participent à cet événement présidé par le secrétaire général de la FTQ, René Roy. Encore cette année la FTQ reçoit des représentants de la Confédération générale du travail (CGT), l’un des plus importants syndicats de France, de l’Office québécois de la langue française et du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec.

Un portail international dédié à la promotion du français

De concert avec la CGT, la FTQ a procédé au lancement d’un portail international destiné à la promotion de la langue française dans les milieux de travail, particulièrement dans le secteur de l’industrie de l’aérospatiale. « Le portail languedutravail.com« >languedutravail.com et languedutravail.org/ »>languedutravail.org réunit différentes ressources autour du thème de l’aérospatiale. Au fil du temps, ce portail s’ouvrira à d’autres partenaires et à d’autres secteurs », a déclaré le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

Le portail, réalisé grâce au soutien financier de l’Office québécois de la langue française, sera un site de référence permettant d’accéder à partir d’un point d’entrée unique à des ressources ou à des services dans le domaine de la promotion et de la protection du français au travail.

« Le portail s’adresse à tous les travailleurs et à toutes les travailleuses ainsi qu’au public en général. En plus d’être une source de renseignements dédiée à la protection du français au travail, il est aussi, par ses divers forums de discussions, un lieu d’échanges », a ajouté René Roy.

Le français langue de travail

La Charte de la langue française fut le résultat de l’inquiétude des Québécois et des Québécoises quant à leur pérennité comme communauté de langue française et quant à leur capacité de durer linguistiquement et culturellement. « La FTQ a toujours eu un rapport étroit avec la Charte. La centrale l’avait réclamée avec énergie et, par la suite, n’a jamais manqué d’intervenir dans les nombreux débats dont elle fait encore l’objet. Les dispositions de la Charte concernant le travail et les entreprises reprennent d’ailleurs de nombreuses revendications formulées par la FTQ », a conclu le secrétaire général de la FTQ, René Roy.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus de un demi-million de membres.