4 350 membres de la FTQ en grève ou en lock-out dans 11 entreprises dont Stelco, Vidéotron et Sécur-Desjardins

Montréal, le 6 août 2002 – «Un nombre exceptionnellement élevé de nos membres sont actuellement impliqués dans des conflits de travail très difficiles, notamment chez Vidéotron et Sécur-Desjardins», a déclaré aujourd’hui le secrétaire général de la centrale, M. René Roy.

Quelque 4 350 membres de la FTQ sont présentement en grève ou en lock-out dans onze entreprises et organismes au Québec. Quatre de ces conflits sont des lock-out, sept des grèves.

Grève chez Stelco à Contrecoeur

Le dernier conflit en date est la grève déclenchée le 1er août à l’aciérie Stelco-McMaster à Contrecoeur par près de 350 membres du Syndicat des Métallos. Le principal point en litige concerne le régime de retraite. Les grévistes réclament les mêmes conditions à cet égard que celles obtenues récemment par leurs 4 000 camarades de l’aciérie de Stelco à Hamilton en Ontario.

Quelque 450 membres du Syndicat des Métallos sont aussi en conflit à la mine Lac d’Amiante de la compagnie Lab Chrysotile à Black Lake près de Thetford, où un lock-out a été imposé il y a trois mois. Par ailleurs, 56 métallos sont en grève depuis le 29 mai à la compagnie de matériaux de construction Lafarge à Montréal (Saint-Laurent).

Vidéotron et Sécur

Les plus importants conflits quant au nombre de salariés sont ceux de Vidéotron, où 2 200 membres sont en lock-out depuis le 8 mai, et Sécur-Desjardins, où 900 membres sont en grève depuis le 5 juillet. Ils impliquent des membres du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), le plus important syndicat de la FTQ.

D’autres membres du SCFP sont en conflit dans le secteur municipal : les cols blancs de Malartic en Abitibi, en lock-out depuis le 29 avril, ainsi que les 130 cols bleus de la Société du Parc des Îles à Montréal, en grève depuis le 31 mai.

Québec

Au siège de la Fédération des comités de parents d’élèves à Beauport, 17 membres du Syndicat des employés professionnels et de bureau (SEPB) sont en grève depuis le 8 mai.

Au Club de golf Saint-Laurent à l’Île d’Orléans, 52 membres de l’Union des employés de service sont en lock-out depuis le 30 avril 2001, soit depuis plus de quinze mois.

Saguenay-Lac-Saint-Jean

À l’usine de panneaux gaufrés de la Louisiana Pacifique à Chambord, 166 membres du Syndicat des communications, de l’énergie et du papier (SCEP) sont en grève depuis le 24 mai.

À la Villa Jonquière à Saguenay, 30 membres de l’Union des employés de service sont en grève depuis le 29 juillet.

La FTQ, la plus grande centrale syndicale québécoise, représente plus d’un demi-million de membres.