30,000 dépliants ont été distribués ce matin du 15 mars 2004- Les chauffeurs d'autobus de la Rive-Sud informent les usagers

Les membres du SCFP 3333 ont pris le taureau par les cornes. Tôt ce matin, ils accueillaient les usagers du transport en commun de la Rive-Sud, dans la région de Montréal, et leur remettaient un tract expliquant les origines des problèmes de disponibilité des autobus. <br> <br>Photo Service de l'information SCFP <br>

Les membres du SCFP 3333 ont pris le taureau par les cornes. Tôt ce matin, ils accueillaient les usagers du transport en commun de la Rive-Sud, dans la région de Montréal, et leur remettaient un tract expliquant les origines des problèmes de disponibilité des autobus.

Photo Service de l'information SCFP

Tôt ce matin, les chauffeurs d’autobus du Réseau de transport de Longueuil (RTL) ont distribué pas moins de 30,000 tracts aux usagers du transport en commun de la Rive-Sud. Par ce geste, les membres du SCFP 3333 ont voulu sensibiliser leurs clients sur les origines du manque d’autobus qui mine la qualité du service.

En 2001, le RTL confiait, la gestion de l’entretien des autobus à Slivia, une filiale de la multinationale Keolis et de SNC-Lavalin. Dès lors, les chauffeurs ont constaté une nette détérioration dans la qualité de ce service.

De plus en plus souvent, les autobus n’étaient pas réparés à temps. Utilisant une gestion de type just in time, Slivia n’avait jamais de pièces de rechange en entrepôt. Résultat: à cause des délais de livraison, les travaux traînaient en longueur, et ce n’était pas la faute des mécaniciens qui ne faisaient que se plier aux directives reçues. L’organisation du travail du service d’entretien faisait cruellement défaut, et c’est la population qui en payait le prix.

Heureusement, nous apprenions récemment que la Société de transport a mis fin à son contrat avec Slivia et qu’elle récupère à l’interne la gestion de l’entretien. Cette décision s’imposait!

Dans ce nouveau contexte, le syndicat des chauffeurs espère que la Société de transport de Longueuil fera ses devoirs pour rétablir une gestion efficace de l’entretien des véhicules. C’est sa responsabilité, pour le bien du service public.