1er mai 2004 - Une manifestation nationale de grande envergure à Montréal

<center><font color=navy><b>Grande manifestation nationale à Montréal 1er mai 2004</font></b> <br> <br>Rassemblement : samedi midi <br>Aréna Jean-Rougeau <br>8000 de Normanville (entre Villeray et Jarry) <br>(Une rue à l’est de Christophe-Colomb) <br>Métro Jarry

Grande manifestation nationale à Montréal 1er mai 2004

Rassemblement : samedi midi
Aréna Jean-Rougeau
8000 de Normanville (entre Villeray et Jarry)
(Une rue à l’est de Christophe-Colomb)
Métro Jarry

C’est dans un contexte très particulier – du jamais vu depuis des décennies – que se prépare la mobilisation pour la grande manifestation nationale du 1er mai à Montréal. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre du Pacte de solidarité syndicale adopté au Conseil général de la FTQ, le 24 février dernier.

«Plus personne ne devrait maintenant avoir à affronter seul les menaces qui s’annoncent. Notre force, c’est syndicat par syndicat qu’elle se construit, comme c’est brique par brique qu’on bâtit un mur inébranlable, capable de résister aux intempéries», rappelle le document soumis à la plus importante instance de la FTQ entre les congrès.

La manifestation du 1er mai doit démontrer toute notre détermination à faire respecter, par le gouvernement Charest, les valeurs de justice sociale et économique que la FTQ a toujours mises de l’avant.

Le gouvernement Charest nous a attaqués en adoptant sous le bâillon des lois antisyndicales et antisociales, encourageant le cheap labor et le travail précaire, restreignant l’accès à la syndicalisation, brimant le libre choix syndical dans la santé, etc. Nous devons lui opposer une résistance solidaire.

Le 1er mai sera l’occasion pour la FTQ et ses partenaires syndicaux et populaires de montrer à ce gouvernement que nous ne baisserons pas les bras, que nous poursuivrons notre lutte pour une société basée sur l’équité, la justice sociale, la redistribution de la richesse et le dialogue social. La manifestation du 1er mai est un jalon important de cette lutte.

À la FTQ, NOUS sommes plus d’un demi-million de
travailleuses et travailleurs, de citoyennes et citoyens, d’hommes et de femmes qui exigent le respect du droit au travail, à des salaires décents et à la syndicalisation pour tout le monde !
NOUS FERONS SAVOIR AU GOUVERNEMENT CHAREST,
PAR NOTRE PRÉSENCE MASSIVE
À LA MANIFESTATION NATIONALE DU 1ER MAI, QUE :

NOUS n’accepterons jamais que la société québécoise soit bâillonnée par un gouvernement qui lui impose des lois anti-démocratiques, anti-sociales et anti-syndicales;

NOUS n’accepterons jamais que des travailleuses et des travailleurs soient réduits au cheap labor afin de satisfaire la voracité de certains employeurs qui ne pensent qu’à leur profit;

NOUS n’accepterons jamais qu’un gouvernement, quel qu’il soit, rapetisse la société et l’économie du Québec en la vendant à l’encan à l’entreprise privée;

NOUS n’accepterons jamais qu’un gouvernement se désengage de ses responsabilités dans le développement économique du Québec.

MONSIEUR CHAREST, VOUS DITES VOULOIR MAINTENIR LE CAP, NOUS AUSSI !

• Si VOUS persistez dans vos politiques anti-travailleurs et travailleuses et anti-sociales;
• Si VOUS persistez à nier le droit à la syndicalisation pour des milliers de travailleuses;
• Si VOUS persistez à vouloir forcer les travailleurs et travailleuses à faire partie d’un syndicat qu’ils et elles n’ont pas choisi;
• Si VOUS persistez à vouloir privatiser les services publics de santé, de transport en commun,etc.
• Si VOUS persistez dans la voie de l’appauvrissement général de la population…

VOUS NOUS TROUVEREZ SUR VOTRE CHEMIN D’ICI LA FIN DE VOTRE MANDAT !